Innovobot

L’industrie 4.0 est-elle une technologie au service du bien commun?

Articles,Nouvelles

L’industrie 4.0 est un terme qui existe depuis plusieurs années. Toutefois, pour plusieurs, il reste nébuleux. Ce nom évoque la quatrième révolution industrielle, après l’énergie à vapeur (fin du 18e siècle), l’électrification (fin du 19e siècle) et les automates programmables (années 1970).

Cependant, à la différence de ces jalons clairs dans le domaine de la fabrication, l’industrie 4.0 est un ensemble de technologies émergentes pour lesquelles une définition claire est difficile à établir — bien que toute technologie qui peut prétendre être « cyber-physique » ou « intelligente » puisse être considérée comme une technologie de l’I4.0 (I4.0). Parmi les exemples les plus marquants, citons la maintenance prédictive, les robots collaboratifs, les drones, la réalité augmentée/virtuelle, l’impression 3D et les jumeaux numériques. Nous avons vu des définitions de l’I4.0 si larges que plus de 400 technologies différentes peuvent être incluses sous son égide.

 

Bien que le terme « Industrie 4.0 » soit un peu flou, il est aussi synonyme de buzz. Après tout, le mot « révolution » est dans son nom, un mot qui attire l’attention. La première révolution industrielle a été un véritable bouleversement social, avec des migrations d’une culture pastorale et agraire vers les nuages de smog dense de Londres. Aujourd’hui associée à des images de pauvreté dickensienne et de travail des enfants, la première révolution industrielle a également permis d’améliorer la santé et le niveau de vie.

 

À l’époque, nombreux étaient ceux qui se demandaient si la révolution industrielle — ainsi que les changements sociétaux qu’elle entraînait — était une bonne chose. L’une des premières industries bouleversées par l’introduction de la vapeur a été celle du tissage, qui fournit un exemple frappant des compromis de l’époque. Alors que la vapeur permettait de produire des textiles moins chers, les tisserands, remplacés par des métiers à tisser automatisés, ont protesté en cassant leurs chaussures dans les engrenages, ce qui nous a donné le mot « sabotage ».

 

Compte tenu de cette histoire complexe, il est raisonnable, voire essentiel, de se demander si la quatrième révolution industrielle est une « technologie au service du bien commun », c’est-à-dire si elle apporte des solutions aux problèmes sociétaux et environnementaux et améliore les communautés et les vies.

 

Impact Sociétal

 

Lorsque l’on envisage les impacts potentiels de l’I4.0, l’une des premières choses qui vient à l’esprit est la conséquence du remplacement des humains par des robots tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Les robots ne remplaceraient pas seulement les travailleurs dans les usines, mais aussi dans tous les centres de distribution — qui sont plus nombreux que jamais — qui entreposent ces produits. L’I4.0 promet un monde où les robots fabriquent les produits, les déplacent, préparent les commandes et conduisent les camions pour les livrer.

 

McKinsey prévoit que l’I4.0 entraînera des augmentations de productivité allant jusqu’à 30 % dans le secteur manufacturier. Si ces prévisions de productivité se concrétisent, les partisans de l’I4.0 diront qu’il en résultera des produits manufacturés moins chers qui, grâce aux mécanismes du marché, pourront être appréciés par un plus grand nombre de personnes au bas de l’échelle des revenus. L’argument est simplement que nous aurons plus de produits moins chers à apprécier, et c’est une bonne chose.

 

Cependant, il est difficile d’imaginer qu’un nombre compensatoire d’emplois serait généré par la conception et la construction des futurs robots. Il n’est pas non plus certain que de nombreux travailleurs déplacés pourraient se perfectionner suffisamment pour occuper ces emplois. Cela fait craindre à beaucoup un avenir proche de chômage de masse pendant un long ajustement qui pourrait durer plusieurs générations. Les bouleversements sociaux potentiels sont tels que le pionnier de la technologie Bill Gates a proposé de taxer les robots afin de ralentir leur déploiement, signalant ainsi clairement qu’il estime que des progrès moindres et plus lents sont nécessaires pour atténuer les risques sociaux.

Le résultat d’un si grand nombre de biens et de services fournis par des mains non humaines pourrait être un monde capable de générer suffisamment de richesses pour tout le monde, mais qui ne sont pas distribuées efficacement, ce qui accroît les inégalités. Certains technologues comme Elon Musk ont imaginé l’adoption de nouveaux modèles sociaux comme le revenu de base universel pour distribuer les gains. Pour explorer une autre dimension de la question, Ryan Avent, auteur et rédacteur en chef pour le commerce et l’économie internationale à The Economist, souligne que l’avantage social d’un emploi rémunéré est une force de cohésion qui donne un sens et un sentiment d’accomplissement, de dignité et de valeur personnelle à la vie des gens, et que des solutions comme le revenu de base universel ne répondent pas à cette problématique.

 

Il convient de souligner que toutes les prédictions concernant les robots dominants ne se sont pas encore concrétisées. En 2014, Morgan Stanley prévoyait que les véhicules entièrement autonomes seraient disponibles en 2022, mais nous n’en sommes même pas proches. Avec un taux de chômage américain au plus bas depuis 50 ans, les arguments selon lesquels l’introduction de l’I4.0 conduira à un chômage de masse sont naturellement difficiles à accepter pour le moment.

 

Les événements actuels permettent d’envisager sous un autre angle l’impact de l’I4.0 sur l’emploi. La myriade de problèmes de chaîne d’approvisionnement observés depuis 2020 a amené les entreprises à repenser l’empreinte de leur chaîne d’approvisionnement mondiale. L’un des principaux résultats de cette remise en question est l’augmentation du re/near/onshoring. La robotique et l’automatisation facilitent cette décision pour les entreprises en atténuant en partie l’augmentation des coûts de main-d’œuvre qui accompagnera l’augmentation de l’emploi national.

 

 

Déchets

 

À mesure que le déploiement de l’I4.0 se généralise, il y a de nombreuses raisons de s’attendre à ce que les entreprises aient globalement moins de stocks et, par conséquent, moins de déchets à éliminer, car les capacités de l’I4.0 s’attaquent à chacun des facteurs qui entraînent une augmentation des stocks dans la chaîne.

 

L’une des principales raisons pour lesquelles les entreprises ont des stocks excédentaires est la taille des lots de production. Les lots de grande taille permettent de réaliser des économies évidentes et quantifiables sur le coût des marchandises, mais aussi d’augmenter le niveau global des stocks. Avec l’amélioration des capacités telles que l’impression 3D et l’automatisation du changement de ligne, la taille des lots pour de nombreux produits ou composants peut être d’une unité, ce qui est idéal pour les articles à rotation lente.

 

Il existe d’autres avantages, plus subtils, en matière de stocks. L’automatisation qui permet aux entreprises de rapatrier la production sur les marchés développés présente également l’avantage de réduire les stocks pris dans le fret international. En outre, les délais de livraison plus courts qui accompagnent la production nationale signifient également qu’il faut moins de stocks de sécurité pour se protéger contre une demande imprévue. Dans le même ordre d’idées, l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique font preuve d’une capacité supérieure à prévoir la demande des consommateurs, ce qui conduit à des stocks de sécurité toujours plus réduits.

 

 

Safety 

 

Un autre impact subtil des technologies I4.0 concerne la question de la sécurité sur le lieu de travail. Les usines peuvent être des endroits dangereux, et la sécurité des travailleurs est toujours une préoccupation majeure. Mais moins il y a de travailleurs dans les usines, moins il y aura d’accidents industriels. Une fabrication sombre et entièrement automatisée implique des conditions de travail plus sûres, mais aussi une diminution du nombre de travailleurs.

 

Sans aller aussi loin dans la réflexion, des technologies telles que les véhicules à guidage automatique (AGV), utilisés pour gérer les activités intralogistiques comme les chariots élévateurs, sont peut-être plus sûres que les conducteurs humains dans le cadre des tâches pour lesquelles elles sont adaptées. Cela est vrai non seulement pour les incidents impliquant des véhicules en mouvement, mais aussi pour l’hygiène du lieu de travail. Les palettes sont toujours placées à l’endroit exact prévu, ce qui réduit les risques de trébuchement.

 

 

Valeur du produit

 

L’I4.0 améliore la proposition de valeur que les entreprises offrent à leurs clients, tant au niveau des produits que des services. 

 

La plus importante est l’avènement du commerce électronique. Se développant lentement au fil du temps, le commerce électronique a fait un pas en avant pendant la pandémie, où la possibilité de commander presque tout et de se faire livrer à domicile est devenue un élément essentiel pour faire face à la crise et la surmonter. Sans la myriade d’outils I4.0 tels que l’informatique en nuage, les systèmes de gestion des commandes, les chatbots et autres, de nombreuses entreprises n’auraient pas été en mesure de développer leurs capacités de commerce électronique aussi rapidement ou à un coût acceptable. Amazon a maintenant dépassé Wal-Mart en tant que plus grand détaillant en dehors de la Chine. Il est juste de dire que cette commodité est là pour rester et ne fera que croître.

 

Dans les coulisses, les outils de planification alimentés par l’IA améliorent la capacité des entreprises à prévoir la demande des consommateurs et à déployer efficacement les stocks afin que le consommateur voie moins de rayons vides. Cela peut être difficile à croire après plus de deux ans de pénurie dans le commerce de détail, mais la situation aurait été bien pire si la pandémie avait frappé 10 ans plus tôt.

 

Le plaisir du consommateur ne s’arrête pas là. Les produits eux-mêmes évoluent. Des technologies telles que l’impression 3D et les micro-usines favorisent la personnalisation croissante des produits, ce qui permet aux consommateurs de disposer d’un plus grand choix de formes et de fonctions sans payer plus cher.

 

On peut même affirmer que la qualité des produits augmente également. La vision par ordinateur et l’IA ont permis aux entreprises d’identifier les problèmes de qualité des produits avant qu’ils ne soient emballés et expédiés. Grâce à l’utilisation d’analyses avancées, les causes profondes des problèmes de qualité peuvent être trouvées et traitées en identifiant des modèles impossibles à discerner par les humains. En cas de problème de qualité, des outils comme la RFID et la sérialisation des produits rendent les rappels plus rapides et plus efficaces. Globalement, McKinsey prévoit une réduction jusqu’à 20 % du coût de la non-qualité grâce à I’I4.0.

 

 

Climat 

 

De nombreux impacts abordés ici ont également une dimension climatique, en plus d’autres conséquences.

 

Rapprocher la production des plus grands marchés des pays développés signifie que les marchandises doivent parcourir beaucoup moins de distance entre l’usine et l’utilisateur final. L’électrification continue des flottes terrestres signifie que non seulement les trajets sont plus courts, mais qu’il existe des options plus écologiques pour le fret. En outre, une plus grande proximité signifie moins de fret aérien pour les expéditions accélérées, ainsi que moins de fret maritime.

 

L’une des implications d’une automatisation accrue des usines est que, si la production devient entièrement automatisée, l’empreinte énergétique de l’éclairage et du chauffage peut être réduite, ce qui donne lieu à des « usines sombres ».

 

Certaines technologies I’I4.0 ciblent directement la consommation d’énergie, dont l’empreinte climatique est une conséquence directe. Tirant parti de l’internet des objets et de l’IA/ML de la même manière que la maintenance prédictive, les applications énergétiques intelligentes cherchent des moyens de réduire l’éclairage et le chauffage aux heures et aux endroits où ils sont moins nécessaires.

 

Il y a aussi des inconvénients à prendre en compte. De nombreuses technologies I’I4.0 reposent sur l’informatique en nuage, qui repose à son tour sur des centres de données gourmands en énergie. Les estimations actuelles prévoient que d’ici 2025, les centres de données seront responsables de plus de 3 % des émissions mondiales de carbone, et déjà aujourd’hui, l’empreinte carbone des centres de données est la même que celle de l’ensemble de l’industrie aéronautique. Bien sûr, toutes les activités des centres de données ne sont pas 4.0, mais de nombreuses technologies 4.0 reposent sur le traitement d’énormes quantités de données sur l’internet.

 

 

Prendre du recul

 

Par le prisme des nombreux exemples présentés ici, en particulier celui de l’impact sociétal, il y a des compromis à prendre en compte alors que l’I4.0 continue à gagner du terrain et à se déployer plus largement. Cela a été vrai pour chaque étape majeure dans la direction du progrès dans le passé, tout comme aujourd’hui.

 

Que l’on considère la quatrième révolution industrielle comme une « technologie au service du bien commun » ou une technologie pour le mal dépend à la fois de la portée du déploiement dans le monde opérationnel et des priorités personnelles de chacun. Ce qui est certain, c’est que la question est valable et qu’il faut la poser, en débattre et se remettre en question alors que l’innovation se poursuit à un rythme soutenu. Si l’industrie 4.0 est véritablement une révolution, nous devons être attentifs à toutes les implications possibles, tant positives que négatives.

 

Auteurs

 

Richard Markoff, Chercheur en chaîne d’approvisionnement, consultant, coach et conférencier

Richard Markoff est chercheur, consultant, coach et conférencier dans le domaine de la chaîne d’approvisionnement. Il a travaillé dans le domaine de la chaîne d’approvisionnement pour L’Oréal pendant 22 ans, au Canada, aux États-Unis et en France, couvrant l’ensemble de la chaîne de valeur, de la fabrication à la collaboration avec le client. Il est également cofondateur et associé de la plateforme d’investissement et d’innovation Innovobot.

 

Ralf W. Seifert, Professeur de gestion des opérations à l’IMD

Ralf W. Seifert est professeur de gestion des opérations à l’IMD et co-auteur de The Digital Supply Chain Challenge : Breaking Through. À l’IMD, il dirige le programme Digital Supply Chain Management, qui aborde à la fois les questions traditionnelles de stratégie et de mise en œuvre de la chaîne d’approvisionnement et les tendances de la numérisation et des nouvelles technologies.

Article republié avec la permission de l’IMD.

Pour en savoir plus sur les dernières tendances industrielles en matière de chaîne d’approvisionnement mondiale, veuillez lire cet article, basé sur la troisième édition de l’étude IMD Global Supply Chain Survey.

Avez-vous des questions ?

Nous pouvons vous aider à transformer votre excellente idée en une excellente entreprise. Passez à l’étape suivante vers le leadership du marché en nous contactant dès aujourd’hui.